La Commission européenne a décidé de suspendre les aides destinées à soutenir le secteur des fruits et légumes particulièrement touché par les conséquences de l’embargo russe. En cause un "bond disproportionné des demandes", particulièrement polonaises.

Bruxelles affirme avoir des "doutes sérieux" sur la réalité des données fournies par la Pologne. Et pour cause, les demandes des producteurs polonais représentent à elles seules 87 % de l’enveloppe de 125 millions d’euros débloquée en août dernier. A plusieurs reprises, la Commission a demandé à la Pologne de vérifier la viabilité des chiffres, en vain. On se retrouve ainsi dans la même situation qu’au moment de la crise du concombre en 2011, avec le même pays. « « La Pologne s’est déjà fait remarquer dans la crise du concombre en 2011 en touchant plus d’aides que les autres alors que ce n’était pas justifié » se souvient Jacques Rouchaussé président de Légumes de France (Le Figaro du 11/09). Bruxelles s’est engagée à présenter « dans les prochaines semaines » un nouveau mécanisme de soutien. «La Commission reste engagée à soutenir les producteurs qui ont brutalement perdu un marché important», a déclaré le Commissaire à l'agriculture, Dacian Ciolos.